L'A-CDCN

Le premier Centre de Développement Chorégraphique voit le jour à Toulouse en 1995 suivi, en 1996, par Uzès danse (aujourd’hui La Maison CDCN). Comme la plupart des établissements soutenus par l’Etat, les CDCN sont le fruit de l’histoire de la décentralisation culturelle. Dirigés par des professionnels qui ne sont pas des artistes en activité, leur projet prend appui sur une approche pragmatique de la demande sur les territoires. Au fonctionnement souple, leurs missions sont relatives à la production, la diffusion de pièces chorégraphiques et la sensibilisation à la danse. Ils proposent donc des saisons artistiques et des festivals de qualité. Ils sont financièrement accompagnés par l’Etat et les collectivités territoriales dans des proportions spécifiques à chacun. En 2009, à l’issue d’une concertation nationale plus connue sous le nom d’Entretiens de Valois, les services du Ministère de la Culture et de la Communication souhaitant clarifier la situation des établissements du réseau culturel national consacré au spectacle vivant élaborent un ensemble de textes administratifs dont un consacré entièrement aux CDCN leur permettant de figurer dans le réseau national des établissements culturels soutenus par l’Etat.

La coproduction

Chaque année, l’Association des CDCN (l’A-CDCN) coproduit un spectacle d’une compagnie soutenue à chaque étape du processus de travail et de vie de la pièce : temps de résidence de recherche et d’écriture, création lumières, promotion auprès des médias et des réseaux professionnels, tournée dans tous les CDCN, et bien sûr apport financier. La coproduction des CDCN s’adresse à des artistes en début de carrière, installés en France ou à l’étranger. Depuis 2005, les artistes qui ont bénéficié de ce dispositif sont : Julia Cima, Thomas Lebrun, Foofwa d’Imobilité (Suisse), David Wampach, collectif Peeping Tom (Belgique), Nelisiwe Xaba (Afrique du Sud), Hélène Iratchet, Radhouane El Meddeb (Tunisie), Pierre-Yohann Suc et Magali Pobel, Ambra Senatore (Italie), Emmanuel Eggermont, Danya Hammoud (Liban), Aude Lachaise, Marlene Monteiro Freitas (Portugal).

Alexandre Roccoli est l’artiste soutenue en 2017 par l’A-CDCN. Il présentera son spectacle Weaver Quintet le samedi 31 mars 2018 au Pacifique.

Les projets partagés

Parallèlement à la coproduction annuelle, l’Association des CDCN mène des projets communs. Depuis 2010, chacun des CDCN propose aux publics de son territoire, notamment les scolaires, deux conférences interactives conçues par la Place de la Danse, CDCN Toulouse-Occitanie autour de l’histoire de la danse : La danse en 10 dates et Une histoire de la danse contemporaine en 10 titres. Une troisième conférence, Tour du monde des danses urbaines en 10 villes, conçue par François Chaignaud et Cecilia Bengolea, dansée par Ana Pi, circule également depuis 2014. En 2015, une fresque INA intitulée Danses sans visa voit le jour, pilotée par la Place de la Danse, CDCN Toulouse-Occitanie et coproduite par l’Association des CDCN. Nouvel outil numérique et interactif Data-danse est lancé fin 2016. Initialement conçu par la Manufacture CDCN Bordeaux-Nouvelle Aquitaine et le Gymnase CDC de Roubaix, il est le fruit de nombreuses recherches et de la collaboration de plusieurs partenaires engagés pour la danse (le Théâtre national de Chaillot, le Centre national de la danse, La Maison de la danse et l’A-CDC).