Emmanuel Eggermont

02.11 ➜ 06.11 2021

Emmanuel Eggermont est formé à la danse contemporaine au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers (1999). En 2002, après trois ans aux côtés de Carmen Werner à Madrid, il est invité à Séoul pour intervenir au sein d’un projet mêlant pédagogie et chorégraphie. De ces deux années passées en Corée du Sud et de sa collaboration de plus de dix ans avec Raimund Hoghe (Boléro Variations, Si je meurs laissez le balcon ouvert et L’Aprèsmidi…), il en a tiré une attention pour l’essence, pour l’essentiel.

Ses projets chorégraphiques, il les développe depuis 2007 à Lille au sein de L’Anthracite. Avec un goût tangible pour l’art plastique et l’architecture, il développe une écriture singulière, des images aux résonances expressionnistes côtoient des tonalités plus performatives et une danse abstraite à la rigueur technique et esthétique.

De 2010 à 2016, Emmanuel Eggermont était en résidence de recherche à L’L (lieu de recherche expérimentale en arts de la scène à Bruxelles). Un processus qui a abouti à plusieurs pièces, dont Vorspiel (2013), pièce soutenue par l’ensemble des CDCN, pour laquelle il invite musiciens, acteurs et plasticiens à se joindre à la représentation. En 2014, il est invité par la SACD à participer aux Sujets à Vif au festival In d’Avignon. Emmanuel Eggermont est lauréat de la bourse d’écriture de l’association Beaumarchais pour le solo Strange Fruit créé en mai 2015 au FRAC Alsace, projet de regards croisés artistiques autour d’une archive historique récemment découverte.

En 2017, L’Anthracite crée Polis, cinq danseurs interrogent le processus de la formation de la cité à travers le prisme de rencontres (historiens, archéologues, habitants…). En 2019, Le Gymnase| CDCN de Roubaix lui commande la création d’un pièce jeune public La Méthode des Phosphènes dans le cadre du dispositif Twice. 2020 voit la création d’Aberration pièce solo questionnant la reconstruction post-traumatique. Emmanuel Eggermont est artiste associé au Centre Chorégraphique National de Tours (2019-2021).

En novembre, Emmanuel Eggermont vient au Pacifique travailler sur sa prochaine création La Méthode des Phosphènes.

La Méthode des Phosphènes

Fixer une source lumineuse blanche pendant quelques instants puis détourner le regard ; une tache de couleur apparaît dans le champ visuel. Après une courte phase verte, elle devient jaune, puis rosée et fini peu à peu dans des teintes de bleu. Cette pièce prend comme point de départ l’étude des phosphènes, ce phénomène optique de rémanence offrant un vaste terrain de jeux et d’expérimentations ou formes et couleurs changeantes attisent l’imaginaire et les projections.

Ces sensations lumineuses subjectives peuvent aussi être utilisées afin d’augmenter la capacité de concentration et de développer la mémoire. Ce processus pouvant aller jusqu’à à induire un rêve lucide est appelé : la méthode des phosphènes.

Partager