Ivana Müller

Réparer l’invisible

mer. 24.04.24 > mar. 30.04.24

Avec Bojana Kunst (philosophe et théoricienne de l’art), nous souhaitons proposer un cadre de travail/rencontre à travers lequel différentes personnes peuvent partager leurs imaginaires sur la réparation collective. L’idée ici n’est surtout pas « d’apprendre » les concepts de réparations mais d’inventer et de partager des actions imaginatives, poétiques, collectives, métaphoriques de guérison et d’attention. Ces réparations peuvent trouver leur source dans la poésie, l’activisme social, la performance, l’urbanisme, l’anthropologie, l’architecture… Elles peuvent se métaboliser à travers différentes temporalités (sur l’instant, dans la durée, etc. ), prendre différentes formes (physiques, poétique, politiques, etc.) et peuvent être réalisées dans des endroits plus ou moins publics ou intimes de la ville.

Comme avec les précédentes pratiques que j’ai développées ces dernières années, j’envisage ce nouveau travail à travers une temporalité longue, laissant la place à l’imprévisible. J’espère également que cette nouvelle pratique puisse continuer et s’étendre de manière invisible, souterraine, en circulant entre différentes communautés, villes et lieux, qu’elle puisse grandir sur le principe d’un rhizome : une réparation discrète qui, presque invisiblement et intangiblement, tient toujours. J’ai envie de penser Réparer l’invisible comme une pratique chorégraphique sociale, un processus de guérison collectif, une « ré-création » du commun. La première pratique de Réparer l’invisible va avoir lieu au festival Mladi Levi à Ljubljana, fin août 2024, puis sera suivie par d’autres « réparations » à Grenoble, Paris, Athènes, etc.